You are currently viewing Parcours pranique fin du 7ème jour, retour aux liquides
Reprise Hydrique

Parcours pranique fin du 7ème jour, retour aux liquides

Et voilà, jour 14 de mon processus pranique. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi le temps passe vite !

La semaine dernière je vous ai laissés quelques heures avant ma reprise hydrique (lire ou relire Ici) J’en ri toute seule quand j’y repense…

Les dernières heures ont été très “spéciales”. Mon mental ne cessait de me chuchoter “Vas-y, tu n’es plus à quelques heures près ! Qu’est ce que ça peut faire, personne ne te voit…”. Dur, dur ! j’imaginais l’eau sous toutes ses formes….  Je n’étais pas loin du délire (je plaisante mais à peine 😉 ) J’ai tout fait pour ne pas m’impatienter et tenir mon mental en laisse. Balade, bain et finalement l’heure de ce que j’ai transformé en cérémonial est arrivée. Enfin !

J’avais créé une ambiance douce avec une musique d’eau. Devant moi une bougie et un plateau avec 4 verres d’eau, plate, citronnée, gazeuse et de l’eau de coco à l’ananas. Un vrai festin !

processus pranique Catherine le Hen

Rituel de reprise

J’ai commencé par l’eau plate. Etonnement cette 1ère gorgée que j’attendais avec tant de fantasme n’a pas été agréable du tout. Goût désagréable dans la bouche, j’aurai dû la recracher. Et pourtant, depuis 7 jours, je prenais soin de nettoyer les toxines avec un gratte langue. Lorsque je l’ai avalée, j’ai senti l’eau couler jusque dans l’estomac. Je pouvais suivre parfaitement son parcours. Dès la seconde gorgée, j’ai senti (ou imaginé) l’eau se diffuser à partir du centre de mon corps vers les côtés dans toutes mes cellules. La sensation était très surprenante. J’ai eu froid et j’ai dû me couvrir. En continuant ma dégustation, j’ai observé des douleurs dans la gorge, comme des coupures ou une angine. Je pense que ceci est normal après 7 jours à sec. L’expérience n’était pas exceptionnelle comme je l’avais projetée. Et pourtant, j’ai passé une bonne partie de la soirée à boire, j’étais insatiable. L’eau pétillante est petit à petit devenue une source de plaisir infinie.

A propos de l’eau et de notre consommation

Le lendemain j’avais repris 1,5 kg. Une chose m’a énormément interpellée dans les jours suivants : j’éliminais moins que lors de ma semaine à sec. J’ai vite compris que mon corps stockait à nouveau. J’ai donc fait pause le second jour pour observer. Grosse surprise je faisais avec l’eau ce que d’autres feraient avec la nourriture. Je stockais et buvais sans soif, par habitude ou réflexe. J’ai donc observé à nouveau mon corps, ses besoins et tout s’est rétabli. Aujourd’hui, je n’ai pas envie de boire avant 12-13h et je bois un peu fin d’après-midi. Pour le moment cela me suffit.
Tout ceci me rappelle ce que m’avait dit un de mes enseignants, il y a au moins 15 ans. Nous n’avons pas besoin de boire autant. L’air contient de l’humidité et nous hydrate, de même que les légumes et autres aliments que nous absorbons (s’ils sont bien choisis). Je ne dis pas qu’il faut arrêter de boire, surtout pas ! Seulement de s’écouter. Nous avons tous des fonctionnements propres et des besoins qui varient selon les jours, saisons, activités. Il est évident que si nous chargeons notre corps en nourriture, il aura beaucoup à éliminer et l’eau sera d’une grande aide. De même si l’air est sec,  si nous faisons du sport, vivons de grandes émotions, nous devons veiller à nous hydrater suffisamment. En ce qui me concerne, jusqu’à ces dernières années, je buvais très peu. Le confinement a fait que, comme beaucoup, j’ai modifié certaines de mes habitudes. Bloquée à la maison j’ai bu plus de thé, tisanes…. c’est là que mes problèmes de poumons sont revenus. Le problème n’est peut être pas aussi simple, quoique….. Alors que je n’ai pas toussé une seule fois durant ma semaine à sec, la toux est revenue cette semaine et semble se réguler depuis que je gère ma quantité de liquide.

Concernant la nourriture solide

Côté aliments, tout est facile. Je n’ai pas faim. Je me sens en pleine forme et j’ai beaucoup d’énergie. J’observe par contre que j’aspire à des activités plus calmes,  introspectives, moins agitées. Je peux faire les courses, cuisiner et me mettre à table avec d’autres sans problème. C’est assez surprenant de sentir ce détachement même s’il est évident que je ne souhaite pas me retrouver en permanence avec de la nourriture. Je trouve les plats appétissants, les odeurs me font envie, je m’en nourri et cela s’arrête là. L’autre jour en me baladant, je suis passée près du food truck près de chez moi. Ils y servent des frites maison délicieuses. J’en ai presque oublié que j’étais en processus tellement l’odeur était alléchante. Petite pause, et j’ai pu vérifier que seul mon mental était mobilisé. Mon corps n’avait envie de rien, je n’avais pas faim. Même chose quelques mètres plus loin. Un restaurant ne proposant habituellement que des plats de viande, proposait, à emporter, des lasagnes chèvres/épinards, ce dont je raffole (ou raffolai, je ne sais plus… ). Le temps d’une seconde j’ai envisagé d’acheter une barquette pour la congeler (ah! ce besoin de stocker, de prévoir, d’anticiper…), pour finalement me rendre compte, encore une fois, que seul mon mental était en cause. Je cesse donc de le priver, au lieu de les fuir je plonge dans les odeurs, les parfums de cuisine. Je cuisine pour les autres. Mon mental est content et mon corps n’est pas dérangé.
Mon corps est léger, je le ressens mieux. Mon poids s’est stabilisé vers le 10ème jour. Après avoir perdu en kilos exactement ce que j’avais pris petit à petit ces derniers mois voir années, il est remonté de 2 kg pour ne plus bouger.

Les lavements

Une des pratiques qui m’aide bien également, est le lavement. Je ne vous en ai pas encore parlé et pourtant il est essentiel.

C’est une pratique ancestrale dont le but est d’évacuer les résidus alimentaires, selles, eau, toxines et parfois même, parasites qui stagnent dans la cavité du côlon parfois depuis des années dit-on ! Pratiqué ponctuellement, en respectant des règles d’hygiène, la méthode soutient l’activité normale du côlon et soulage les troubles fonctionnels (constipation, diarrhées, ballonnements).

Ce procédé permet de lui redonner toute sa vitalité tout en stimulant le système immunitaire… En effet, comment envisager de purifier son corps si on ne le nettoie pas ? Ce lavement est une pratique très recommandée pour les jeûnes également et dans le cadre d’une hygiène de vie même si elle n’est pas reconnue par beaucoup de médecins (et même assez décriée si j’en juge ce que je lis sur internet).

Une fois de plus, je ne peux que vous suggérer de faire comme moi : de vous écouter, d’écouter votre corps et de ressentir si cette pratique peut être bonne pour vous ou non. Si vous ne vous sentez pas de le pratiquer seul(e), (voir vidéo explicative ici) se développe maintenant depuis plusieurs années, l’hydro thérapie du colon (ou irrigation du colon). Pour l’avoir testé je peux vous recommander cette expérience, à la condition de ne pas souffrir de maladie de Crohn ou d’hémorroïdes ou autres maladies contre indiquées bien sûr.

Après avoir pris l’habitude de faire des lavements le soir avant de me coucher, je suis passée au matin avant ma douche.  Je l’accompagne de massages. Je me sens ensuite tonique et en pleine forme. Cette pratique va bien au delà d’une libération physique. Rappelez vous  on dit que l’intestin est notre deuxième cerveau. (il pourrait mettre le 1er selon certains).  Il est le siège de rétention de nos émotions.  Notre cerveau et notre système digestif sont étroitement liés. La preuve : des émotions fortes peuvent provoquer une diarrhée ou une constipation. Ce nettoyage peut ouvrir de nombreuses portes, je vous laisse les découvrir.

Tout est leçon et expérience

Chaque jour m’amène son lot d’expériences. Je ne comprends pas forcement tout tout de suite, je ressens cependant le changement progressif vers plus de paix et de sérénité. Je remarque également que ce changement peut impacter mon entourage. Une de mes proches amies m’a dit avoir perdu 800g la 1ère semaine de mon processus. J’ai appris depuis, que cela arrivait, ou que les personnes pouvaient avoir moins faim en présence de personne en chemin pranique.

Avant de reprendre les liquides, j’avais observé que je ralentissais. L’énergie était pourtant bien là mais mes mouvements étaient plus lents, plus conscients même pour les petites choses. Cette expérience m’a fait le plus grand bien car je suis d’un tempérament très actif. A ce jour, je fais bien plus attention à ce que je fais. Je sais où je pose mes affaires alors qu’avant je passais mon temps à les chercher par exemple. De même, concernant les émotions, je me sens moins dans la réaction même si ça n’est pas parfait croyez-moi. J’observe que le fait de ne pas compenser par la nourriture ou la boisson me fait faire face plus rapidement à l’expérience au lieu de la fuir, de faire comme si rien ne s’était passé.
Les synchronicités observées autour de moi avant de démarrer mon processus continuent. J’ai souvent l’impression que tout est leçon et expérience. Lorsqu’un évènement disons “désagréable” se produit, une pause et évaluation de ma part amène des solutions et réparations possibles. Mes sens et mon intuition sont affinés. J’en ai fait l’expérience de nombreuses fois cette semaine jusqu’à un événement quasi magique à propos de ma voiture. S’en suit l’expérience de la Gratitude.

Reste toutefois que ce processus peut également amener son lot de nettoyages émotionnels. Si je ne me sens pas particulièrement secouée par de grosses prises de conscience, je fais depuis 5-6 jours une belle crise d’eczéma dans le cou et sur le visage. Le froid et le port de pulls en laine n’arrange pas le phénomène. Pour faire face, j’accepte et je me magnétise en demandant à prendre conscience du processus de ce nettoyage et de ses causes. Je me connecte au prana, le respire et m’en nourrie avec la conscience que je m’emplis de lumière photonique, d’énergie christique. Ce matin cela va déjà mieux.

Après ces 14 premiers jours je passe une St Valentin dans l’amour de moi, dans ma présence avec ce qui me plaît et ce qui me plaît moins.

Bientôt se posera la question : “reprise ou pas reprise de l’alimentation solide ?”

Je vous en reparle dans une semaine. D’ici là ,portez vous bien et un grand merci pour tous vos messages de soutien, vos partages et vos questions.

Pensez à vous inscrire si vous souhaitez recevoir les prochains post.

Catherine

Catherine Le hen

Thérapeute énergéticienne/Guérisseuse Catherine LE HEN est Initiée au Reiki/Sekhem/Acceuil du Verbe , elle est également Moon Mother et Enseignante de Kundalini Yoga

Cet article a 4 commentaires

  1. Nadine Cazier

    C est très intéressant de te lire, j ai découvert pleins de choses, pour moi, étonnantes…
    En tout cas, un régal de connaissances nouvelles.
    Merci Catherine pour ce partage

  2. Nathalie

    Bonjour Catherine ,
    J etais impatiente de te lire 😊.
    Je suis heureuse de ce que tu vis . Cela m ‘ ouvre d autres perspectives. Je chemine de plus en plus dans la pleine conscience..difficile de se prendre encore de plein fouet les émotions des autres…de leur envoyer de l amour et de l apaisement sans se demander si je ne prends pas la grosse tête 🤔 .
    Ce chemin vers l autre , et surtout vers soi est bien complexe …
    Au plaisir de te lire la semaine prochaine .
    🙏🏽
    Bises
    Nathalie

    1. Nathalie merci pour ton intérêt. N’hésites pas à me contacter si tu souhaites en discuter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.